KERTÉSZ in Corsica [Jusqu’au 15 décembre 2022-livraison offerte]

35,00 

L’œuvre immense d’André Kertész (1894-1985) s’est constituée au gré de travaux de commandes et c’est à l’une d’elles que cet ouvrage se consacre : un reportage sur la Corse commandé par la prestigieuse revue Art et Médecine (parution : décembre 1933) accompagnée des textes d’Abel Bonnard de l’Académie française, Paul Morand et André Thérive).
Le 12 ou le 13 mai 1933, il s’embarque pour la Corse, dans ses bagages, il emmène trois appareils : un Rolleiflex , un appareil 6 x 9 cm (folding) et une petite chambre 9 x 12 cm. Un carnet de prises de vue, reproduit dans l’ouvrage, permet de préciser les étapes du photographe sur l’île de Beauté du 14 au 20 mai. Il entame son circuit par le golfe de la Liscia, avant de terminer sa journée à Piana où son regard est attiré par les hommes assis à l’ombre de l’église. Le lendemain, après avoir déambulé dans les rues de Calvi, il visite l’Île Rousse et Belgodère, dont il photographie le cimetière. Au soir, il prend une chambre à l’hôtel du Mouflon d’Or à Zonza, d’où il se rend à Porto Vecchio avant de faire étape à Bonifacio. Il termine son périple à Ajaccio avant de rembarquer pour le continent. Comme à son habitude, il n’a pas photographié la Corse comme une destination de villégiature, mais les paysages et des moments de la vie quotidienne des habitants de l’île.

  

L’œuvre immense d’André Kertész (1894-1985) s’est constituée au gré de travaux de commandes et c’est à l’une d’elles que cet ouvrage se consacre : un reportage sur la Corse commandé par la prestigieuse revue Art et Médecine (parution : décembre 1933) accompagnée des textes d’Abel Bonnard de l’Académie française, Paul Morand et André Thérive).
Le 12 ou le 13 mai 1933, il s’embarque pour la Corse, dans ses bagages, il emmène trois appareils : un Rolleiflex , un appareil 6 x 9 cm (folding) et une petite chambre 9 x 12 cm. Un carnet de prises de vue, reproduit dans l’ouvrage, permet de préciser les étapes du photographe sur l’île de Beauté du 14 au 20 mai. Il entame son circuit par le golfe de la Liscia, avant de terminer sa journée à Piana où son regard est attiré par les hommes assis à l’ombre de l’église. Le lendemain, après avoir déambulé dans les rues de Calvi, il visite l’Île Rousse et Belgodère, dont il photographie le cimetière. Au soir, il prend une chambre à l’hôtel du Mouflon d’Or à Zonza, d’où il se rend à Porto Vecchio avant de faire étape à Bonifacio. Il termine son périple à Ajaccio avant de rembarquer pour le continent. Comme à son habitude, il n’a pas photographié la Corse comme une destination de villégiature, mais les paysages et des moments de la vie quotidienne des habitants de l’île. En cinq ou six jours, cheminant en automobile sur des routes rocailleuses, il a réuni une petite centaine d’images (toutes reproduites dans le livre) alternant paysages et scènes de la vie quotidienne.
Au-delà de son talent, cette série, par le nombre de lieux visités, montre l’implication professionnelle de Kertész.
Certaines images du reportage sur la Corse vont alors connaître une nouvelle actualité et devenir emblématiques du travail de Kertész, notamment la photographie du chevet de l’église de Piana qu’il intégrera dans son livre rétrospectif Soixante ans de photographies publié aux éditions du Chêne en 1972.

Please wait while flipbook is loading. For more related info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.

André Kertész (Budapest, 1894-New York, 1985), dont la carrière s’étend sur plus de soixante-dix ans (1912-1984), est aujourd’hui reconnu comme l’un des photographes les plus marquants du XXe siècle. Son œuvre foisonnante, aux compositions marquées par les avant-gardes européennes, notamment celles d’Europe de l’Est, trouve sa source dans sa culture hongroise, mêlant poésie et intimité. Il tissa tout au long de sa vie une relation étroite entre ses pratiques photographiques et ses activités éditoriales, composant ainsi une narration visuelle passionnante qui décrit la période de l’entre-deux-guerres en Europe et la troisième partie de sa vie aux États-Unis.

Ses premières années de formation dans son pays natal furent une étape importante pour cet autodidacte dont la photographie réaliste se distingue du pictorialisme cher aux photographes hongrois de sa génération. Enrôlé dans l’armée austro-hongroise pendant la Première Guerre mondiale, il dépeignit le quotidien des soldats et développa une poésie de l’instant, loin des faits d’armes héroïques ou dramatiques. Après la guerre, il chercha à faire de la photographie son métier.

André Kertész arriva à Paris en octobre 1925, muni d’un visa de quelques mois, Au début de l’année 1926, alors qu’il travaillait comme retoucheur à l’Atelier moderne, il publia ses premières photographies dans la revue Art et industrie. Il fréquentait les milieux artistiques d’avant-garde et photographiait ses amis hongrois, les ateliers d’artistes, des scènes de rue, les cafés et les jardins parisiens. La ville lui offrait de nouveaux points de vue quand il photographia les ombres des passants depuis sa fenêtre. En 1927, il exposa ses images à la galerie « Le Sacre du Printemps ». Sa réputation commençant à s’établir, il collabora à différentes publications françaises, comme l’Art vivant ou Art et médecine, des revues allemandes comme Die Dame ou Uhu. Il devint surtout l’un des photographes du magazine Vu, dont il illustra près de cent cinquante articles de 1928 jusqu’à son départ pour les États-Unis. C’est en 1933 qu’il réalisa une de ses plus fameuses séries, les Distorsions (des femmes nues photographiées dans des miroirs déformants), qui l’apparente au mouvement surréaliste. L’année suivante, il publia son Paris vu par André Kertész, préfacé par Pierre Mac Orlan.

En 1936, il signa un contrat avec l’agence Keystone et émigra à New York où il collabora avec les revues du groupe Condé Nast comme Vogue et House and Garden. En 1945, il publia Day of Paris dans lequel, au sortir de la guerre, il restituait le Paris des années 1930.

À partir de 1962, André Kertész assista à la reconnaissance de son œuvre par les institutions et le grand public : les expositions à la Biennale de Venise, à la Bibliothèque nationale de France et au Museum of modern art à New York s’enchaînèrent. Il revenait fréquemment à Paris qu’il continua à photographier jusqu’à sa mort en 1985. La ville, et Paris en particulier, fut l’un des sujets centraux de son œuvre, notamment dans Sixty Years of Photography (1972), J’aime Paris (1974) ou Of Paris and New York (1985). Il mourut à New York en 1985.

En mars 1984, André Kertész avait fait don de ses négatifs et de ses archives à la France. La Médiathèque du patrimoine et de la photographie conserve ainsi plus de cent mille négatifs, des tirages contacts de lecture, une partie de la bibliothèque et l’abondante correspondance du photographe.

 

Auteur.e(s) des textes

, ,

Genre

, , ,

Caractéristiques

En co-édition avec la Médiathèque du patrimoine et de la photographie

Un ouvrage relié, toilé
format 23 x 28 cm, 120 pages,
62 photographies noir et blanc,
textes de Gilles Désiré dit Gosset,
Marcel Fortini, Matthieu Rivallin
traduction de Rumanu Giorgi.
Prix pré-commande : 35 euros
Parution : décembre 2022

Pré-achat

Formulaire à télécharger

Pré-ACHAT KERTÉSZ

Mise à jour…
  • Votre panier est vide.